sante alimentation
Sant - Alimentation - Recherche

L'trange expertise de l'OMS sur le Bisphnol A 
L'trange expertise de l'OMS sur le Bisphnol AL'trange expertise de l'OMS sur le Bisphnol A
Selon l'Organisation Mondiale de la Sant (OMS), il est prmatur de prendre des mesures de sant publique concernant le Bisphnol A. en tout cas c'est la conclusion de l'avis rendu rcemment par l'organisme onusien.

Selon l'Organisation Mondiale de la Sant (OMS), il est prmatur de prendre des mesures de sant publique concernant le Bisphnol A. en tout cas c'est la conclusion de l'avis rendu rcemment par l'organisme onusien.

Mais une telle conclusion donne l'impression que l'on manque de donnes scientifiques, or on dispose aujourd'hui de prs de 500 tudes publies selon les rgles de la dontologie scientifique, dans des revues comit de lecture c'est--dire valides par les pairs, peut on lire dans un communiqu de presse.


Publicit

Il faut savoir que le Rseau Environnement Sant effectue une veille scientifique systmatique depuis avril 2009, qui montre que 95 % des tudes menes chez l'homme et l'animal mettent en vidence un effet sanitaire.

L'trange expertise de l'OMS sur le Bisphnol A

Le bisphnol A est connu pour s'extraire des plastiques spontanment trs faible dose [rf. souhaite] et plus significativement s'il est nettoy avec des dtergents puissants ou utilis pour contenir des acides, ou des liquides hautes tempratures.

95 % des chantillons d'urine collects auprs d'adultes amricains contenaient des niveaux quantifiables de BPA. Il peut tre accumul dans les tissus gras. La contamination humaine se fait essentiellement par ingestion mais un passage par les voies respiratoires ou la peau est possible.

Le Bisphnol A, constitutif de nombreux rcipients alimentaires en plastique est un xnoestrogne stable et rsistant. Or le BPA est un leurre hormonal, capable de mimer l'effet des hormones sexuelles fminines qui ont un rle dans la fonction de reproduction, mais aussi le dveloppement d'organes comme le cerveau ou le systme cardio-vasculaire.

Massivement produit et dispers dans l'environnement depuis quelques dcennies, il est dj couramment retrouv dans l'organisme d'une large majorit de la population, quel que soit l'ge, et notamment chez les enfants. On en trouve maintenant dans presque tous les organismes vivants, ainsi, Park et Choi ont tabli le EC50 du BPA 0,2 mg⋅l−1 et 3,3 mg⋅l−1 le LC50 pour les larves aquatiques Chironomus tentans.

La prvalence du toxique est reconnue importante chez l'homme selon diverses tudes (93% des urines contiennent du BPA faible niveau, mais aussi bien davantage de glucuronide, qui est le sous produit de mtabolisation, excrt en quelques jours). Le risque d'effets est controvers, car les concentrations corporelles (33-80ng/kg) sont 1 000 fois infrieures la rglementation EPA/US, mais produisent des effets avrs chez les rongeurs. Or, les rongeurs semblent mtaboliser moins le BPA et y tre plus sensibles, 10 fois en ordre de grandeur. Les nourrissons sont les plus risque (leur exposition pouvant tre douze fois plus leve que celle des adultes).

Le degr de toxicit et d'cotoxicit du Bisphnol A, et secondairement la dose journalire admissible sont encore discuts, et ont surtout t tudis chez le rat de laboratoire, pour ses effets sur le cerveau, sur la reproduction des mles mais plusieurs indices laissent penser que ce produit pourrait aussi toucher l'organisme humain :

  • La Food and drug administration (FDA) qui avait initialement dclar le BPA sans danger en 2008, est revenu sur son avis, sur la base de nouvelles tudes concluant des effets potentiels sur le cerveau et sur la prostate des bbs et des f'tus . La FDA a ensuite encourag l'initiative des industriels amricains de ne plus utiliser de BPA dans les contenants d'aliments pour bbs et souhaite que le BPA ne soit plus utilis dans les revtements intrieurs de botes de conserves.
  • le 5 fvrier 2010, l'Agence Franaise de Scurit Sanitaire des Aliments (Afssa) a rendu un avis sur le bisphnol A. L'Afssa dit constater des "effets subtils" sur le comportement de jeunes rats exposs in utero, ce qui l'incite "poursuivre son travail d'expertise pour comprendre ces signaux d'alertes".
  • Un avis qui ne satisfait absolument pas les mdecins de l'Association Sant Environnement France qui y voient l un symbole du grand cart entre les proccupations quotidiennes des gens et les abstraites recommandations des agences de l'tat Voir leur positionnement de mdecins de terrain. En Avril 2010, l'AFSSA a estim qu'il n'y a pas de raison de modifier les habitudes alimentaires , mais que la protection des consommateurs doit tre renforce, et le niveau d'exposition de la population rduit . L'AFSSA se fonde sur 769 chantillons d'aliments et sodas analyss, ayant montr des teneurs variables, infrieures au seuil de dtection jusqu' 17 microgrammes par kilogramme (g/kg) d'aliment voire atteignant 128 g/kg dans les conserves de lgumes, poissons et plats cuisins. Suite ce travail, l'agence en appelle une mobilisation de l'industrie (') pour mettre au point des substituts du BPA pour les usages alimentaires et une rvaluation des limites de migration spcifique du BPA.

En attendant, l'AFSSA recommande un tiquetage systmatique des produits contenant du BPA que les consommateurs ne chauffent pas ces produits trop longtemps. La prsence de BPA dans les aliments est principalement due sa migration partir des matriaux au contact, ce phnomne tant accentu par le chauffage.

Un avis et un rapport de l'Agence europenne de la scurit alimentaire (EFSA) sont attendus en mai 2010.

Des tudes ont montr (sans que d'ventuels liens de causalit directe soient dj identifis et compris) qu'un taux urinaire lev de ce produit tait corrl avec un risque plus lev

- de diabte,

- de maladies cardiovasculaires  

- d'anomalies du bilan hpatique.

- de moindre efficacit de chimiothrapies chez les patients cancreux.

Parmi les effets attendus et mieux compris ; en tant que perturbateur hormonal, il s'est montr capable d'affecter la reproduction d'animaux de laboratoire et il pourrait tre un des nombreux facteurs de dltion de la spermatogense chez l'homme.

Chez le lapin, faible dose (1 picogramme), il peut inhiber l'rection du pnis suite des modifications des tissus du corps caverneux. Plus la dose de BPA est importante, plus les tissus sont dgrads par augmentation de collagne fibreux, dpts de graisse, hyperplasie et fibrose.

La souris de laboratoire CD1, expose in utero de faibles doses de BPA, accouche de mles prsentant une prostate plus lourde et un pididyme diminu, alors que les femelles prsenteront des altrations du dveloppement des glandes mammaires.

10 μg/kg/jour (taux proches des valeurs d'exposition actuelles d'une femme enceinte) suffisent pour induire chez la souris des anomalies de dveloppement de la prostate f'tale (ce qui rend plausible un risque accru de cancer ultrieur.)

En 2007, l'Autorit europenne de scurit des aliments (EFSA) notait en conclusion de son rapport sur le Bisphnol A, sa prsence dans les canalisations de transport de l'eau potable et les conteneurs. Elle prconisait que des tudes soient menes sur la possible propagation de cette substance dans l'eau. L'EFSA fixa alors la dose journalire admissible (DJA) 0,05 milligramme/kg (= 50g/kg) de poids corporel pour cette substance, taux retenu par l'Agence franaise de scurit sanitaire de l'alimentation, de l'environnement et du travail (Anses).

Une enqute rcente a dtect des traces de bisphnol A dans les urines de 91% des Canadiens, raison en moyenne de 1,16 μg par litre d'urine, soit un taux proche de ceux relevs (concentrations moyennes ou mdianes) ailleurs allant de 1 3 μgl-1. Au Canada toujours, les 12-19 ans sont plus touchs (1,5 μg en moy.), alors que les taux les plus faibles sont dtects chez les plus de 60 ans (0,9 μg en moye). Selon l'Agence franaise de scurit sanitaire de l'alimentation, de l'environnement et du travail (Anses) il serait en France d'environ 1 μgl-1.

Depuis le 18 avril 2008, Sant Canada, l'office public de sant du Canada, a class le bisphnol A au rang de substance dangereuse. Le Canada a t ainsi le premier pays classer au rang des toxiques cette substance, ce qui doit amener tats-Unis et Union europenne se prononcer. Le produit a ainsi t interdit dans certains Etats amricains (Chicago, Minnesota, Connecticut et Suffolk County), tandis que les snateurs Dianne Feinstein (dm., Calif.), Charles E. Schumer (dm., N.Y.) et Edward J. Markey (rp.) ont dpos une proposition de loi visant son interdiction pour tout contenant de boisson.

Le 15 aot 2008, un rapport de la Food and Drug Administration (FDA) aux tats-Unis concluait que ce produit ne posait pas de problme de sant humaine aux niveaux d'exposition habituels pour l'homme; ce constat n'est pas partag par de nombreux scientifiques, y compris au sein d'un groupe consultatif de la FDA qui accuse l'agence de ne retenir que les arguments avancs par les tudes finances par l'industrie du plastique et d'ignorer une centaine d'tudes, crant un faux sentiment de scurit , alors que d'autres rapports ou tudes alertent sur les risques lis ce produit. L'agence s'est engage rtudier la question, ce qui l'a amen renverser partiellement sa position: si elle n'a pas interdit le Bisphnol A, ni contraint les producteurs afficher la prsence de Bisphnol sur les tiquettes (ce dernier tant class additif alimentaire ) faute, dit-elle, de preuves suffisantes, elle conseille le public de minimiser son exposition ce produit. Ayant lanc une enqute dote d'un budget de 30 millions de dollars sur deux ans pour tudier le Bisphnol, elle souligne que 90% de la population amricaine prsente des traces de bisphnol dans son urine et se dclare particulirement soucieuse des effets du Bisphnol sur les foetus, les bbs et les jeunes enfants. L'industrie du bisphnol produit plus de 6 millions de tonnes par an de ce produit.

Le 30 septembre 2010, l'Agence europenne de scurit des aliments rend un avis concluant qu'il n'existe aucune nouvelle preuve les amenant reconsidrer la DJA fixe 0,05 mg/kg de poids corporel et considre qu'il n'est pas dangereux pour la sant.

L'OMS base son raisonnement sur le fait que le BPA n'est pas stock et est limin rapidement. C'est exact, mais ce raisonnement est curieux, car, si le BPA est effectivement limin rapidement, l'exposition de la population est quotidienne, peut on lire dans un communiqu de presse.

L'OMS conteste par ailleurs une source de contamination via les papiers thermiques, alors que l'tude rcente de l'INRA Toulouse montre que le BPA peut pntrer la peau , ce qui suggre un risque pour les salaris exposs professionnellement comme les caissires. Cette donne permet d'expliquer pourquoi ce groupe de population est le plus imprgn en BPA, comme cela a t mis en vidence dans une tude amricaine rcente.

Cependant, la position de l'OMS n'est pas conforme au principe de prcaution, lequel principe devrait guider ses prises de position. Dans la mesure o on dispose d'indications de toxicit, il est ncessaire d'agir sans attendre d'avoir la preuve dfinitive, apprend t on dans le mme communiqu de presse.

Il y' a de quoi se poser des questions puisque ces erreurs grossires du rapport de l'OMS laissent planer un doute sur la dontologie de l'expertise de ce groupe et sur la faon dont sa composition a t effectue.



Voir aussi :
 - Les particules toxiques lies au diesel tuent 6000 personnes par an en Allemagne
 - Lien entre cancer et aliments ultra-transforms

Retrouvez aussi :
 - Toutes les actualit's du jour
 - Toutes les actualit's sur ce th'me

Partager  
 
     


Mentions légales | Charte publicitaire | Qui sommes-nous ? |  Flux RSS
Chiffres-clé | Environnement Webmasters | Recommander ce site
Nous contacter | Avis de nos lecteurs

  Actualités News Environnement

Actualités et actus quotidiennes en environnement développement durable et santé : plus de 25.000 abonnés reçoivent la lettre des actualités hebdomadaires gratuites de l'environnement. Plus de 3.000.000 visiteurs uniques en 2012.

Lire la dernire Newsletter
S'inscrire à la Newsletter gratuite
L'avis de nos lecteurs
Envoyer un communiqué de presse

La section santé de ce site adhère aux principes de la charte HONcode. Vérifiez ici. Les informations fournies dans cette section sont destinées à améliorer, non à remplacer, la relation directe entre le lecteur et les professionnels de santé.



Publicit


Dcouvrez les principaux sites du Portail-environnement











Et bien plus encore...Portail-Environnement


Partenaires des actualités de l'environnementLesNewsdunet
Tous les partenaires d'Actualits News

Passionnés de cinéma, retrouvez des films télécharger sur megavod.fr. Il vous suffira d'opter pour le long-métrage télécharger de votre choix.



Publicit
© RecyConsult / 2010 - Enregistr la CNIL n893989
  recyconsult.png, 2 kB Tous droits de reproduction et de reprsentation rservs. Toutes les informations reproduites sur cette page (contenus, photos, logos,...) sont soumises des droits de proprit intellectuelle dtenus par RECYCONSULT. Aucune de ces informations ne peut tre reproduite, modifie, transmise, rediffuse, traduite, vendue, exploite commercialement ou rutilise sans l'accord de RECYCONSULT. A visiter : un appartement au coeur de la nature avec Location vacances à Sète pour des vacances et de l'environnement. A voir aussi le site Portail des Associations, le site gratuit pour la création des sites Internet des associations françaises !
Les sites du rseau
Portail-environnement.com
Actualités
Agenda
Annuaires
Bourse
Boutique
Dictionnaire
Donnes
Dossiers tech.
Emploi / Stage
Enfants
Formations
Forum
Librairie
Management SME
Management SMI
Management SMSST
Réglementation
Vidos
recherche