securite prevention
Scurit - Prvention - Accidents du travail - Risques

L'IRSN publie les nouvelles donnes sur la contamination radioactive au Japon 
L'IRSN publie les nouvelles donnes sur la contamination radioactive au JaponL'IRSN publie les nouvelles donnes sur la contamination radioactive au Japon
Le Japon a fait des progrs visibles pour stabiliser la centrale nuclaire de Fukushima Daiichi, endommage par le sisme et le tsunami massifs qui ont frapp le pays en Mars dernier

L'IRSN recueille et analyse rgulirement les donnes publies relatives la contamination de l'environnement terrestre au Japon, aprs l'accident survenu la centrale nuclaire de Fukushima Dai-ichi. La prsente synthse fournit un tat des donnes rcemment acquises, permettant d'actualiser les notes d'information de l'IRSN publies les 12 avril, 25 mai et 13 juillet. La contamination du milieu marin est dcrite dans une note d'information spcifique.

Le Japon a fait des progrs visibles pour stabiliser la centrale nuclaire de Fukushima Daiichi, endommage par le sisme et le tsunami massifs qui ont frapp le pays en Mars dernier.


Publicit

Cependant, un nombre important de dfis reste relever, y compris l'enlvement des dbris et la restauration des moyens de subsistance des habitants de la rgion.

L'IRSN publie les nouvelles donnes sur la contamination radioactive au Japon

Selon les dernires analyses de l'IRSN, les rsultats  de mesure des dpts radioactifs au Japon sont de plus en plus nombreux et permettent de prciser leur rpartition spatiale.

Ces rsultats ont t acquis lors de campagnes de prlvement systmatique de sol ralises en juin et juillet par un consortium d'universitaires japonais, sur un territoire allant jusqu' une centaine de kilomtres autour de la centrale accidente :

         les csiums 134 et 137 sont dsormais les deux radionuclides dominants dans les dpts rmanents au Japon. Dans les zones o les dpts sont les plus levs, ces lments radioactifs entranent une situation d'exposition durable, principalement au rayonnement gamma ambiant, et un risque de contamination chronique de certaines productions alimentaires ;

         les activits surfaciques les plus leves sont observes immdiatement l'ouest de la centrale (14 millions de Bq/m2 en csium 134 et 15 millions de Bq/m2 en csium 137, valeurs comparables celles prsentes quelques kilomtres de la centrale de Tchernobyl). Au-del de la zone d'exclusion des 20 km, des activits surfaciques dpassant 3 millions de Bq/m2 ont t mesures en 3 points situs sur la commune de Namie. A l'extrieur de la zone d'vacuation planifie mise en place fin avril, aucune valeur mesure ne dpasse 600 000 Bq/m2 ;

         l'iode 131 a pratiquement disparu de l'environnement japonais, par dcroissance radioactive. Il est confirm que le rapport initial iode 131/csium 137 dans les dpts tait nettement plus important au sud de la centrale que dans la zone du nord-ouest qui a reu les dpts les plus levs. Ceci pourrait s'expliquer par des conditions diffrentes de formation des dpts d'un lieu l'autre, par des diffrences de formes physico-chimiques de l'iode (gaz ou arosols) dans l'air au moment o le dpt s'est form, ou par des diffrences de composition isotopique des rejets successifs mis par les racteurs. L'IRSN est en train d'approfondir l'analyse de ces rsultats qui sont importants pour estimer a posteriori les doses la thyrode (principalement dues aux iodes radioactifs) susceptibles d'avoir t reues au moment de l'accident ou au cours des semaines suivantes ;

         depuis le 1er juillet, les concentrations en radionuclides dans les produits vgtaux terrestres ont continu de prsenter une tendance gnrale la baisse. Les dpassements des normes de commercialisation ou de consommation ont principalement concern :

o    des fruits (yuzu) cultivs dans la Prfecture de Fukushima,

o    des feuilles de th de la deuxime et de la troisime rcolte de l'anne dans plusieurs prfectures,

o    certains champignons (log-grown, pholiota nameko et apricot milkcap de la Prfecture de Fukushima),

o    de la viande de boeuf issue des Prfectures de Fukushima, Miyagi, Iwate, Tochigi et Akita, ainsi que, plus rcemment, de la viande de sanglier.

Dans les zones o les dpts sont les plus levs, ces lments radioactifs entranent selon l'IRSN, "une situation d'exposition durable, principalement au rayonnement gamma ambiant, et un risque de contamination chronique de certaines productions alimentaires."

Ensuite, les activits surfaciques les plus leves sont observes immdiatement l'ouest de la centrale (14 millions de Bq/m2 en csium 134 et 15 millions de Bq/m2 en csium 137, valeurs comparables celles prsentes quelques kilomtres de la centrale de Tchernobyl). Au-del de la zone d'exclusion des 20 km, des activits surfaciques dpassant 3 millions de Bq/m2 ont t mesures en 3 points situs sur la commune de Namie. A l'extrieur de la zone d'vacuation planifie mise en place fin avril, aucune valeur mesure ne dpasse 600 000 Bq/m2.

La problmatique de l'iode et donc du risque de cancer de la thyrode pour les jeunes (moins de 18 Ration iode cesium ans, mais surtout moins de 12 ans). Elle est "passe", au sens o l'iode radioactif a pratiquement disparu depuis la mi-avril, mais les mdecins tentent de quantifier ce risque par le calcul des doses subies. Il se pose sur deux zones : celle de la "langue" de contamination vers le nord-ouest lors de l'pisode du 15 et 16 mars - lire cet gard la prsentation du problme par Olivier Isnard, en rsum on ne sait pas encore si le risque a t ou non important); mais il y a une seconde zone, moins vidente au regard des premiers relevs, au sud et l'ouest de la centrale nuclaire rvl par les rapports diffrents des dpts iode et csium actuels qui permettent de retrouver les concentrations de mars/avril. Ce sont les zones en rouge sur la carte ci-contre. Il est encore trop tt pour savoir si le risque pris est ou non important car il faut transformer ces dpts en doses, ce qui n'est pas facile (cela dpend de l'exposition l'air puis la consommation de produits frais durant les six semaines cruciales). En termes d'effet sanitaire de l'accident, il s'agit du sujet le plus important.

La contamination des productions agricoles semble grable mme si cela requiert un effort trs important de surveillance et l'application de rgles strictes.  Ainsi, plus de 10.000 rsultats d'analyses (pour les productions terrestres non pour les produits de la mer, pour ces derniers lire ici) ont t communiqus au cours des mois de juillet et d'aot sur le site Internet des ministres de l'agriculture et de la sant, dont prs de 70 % taient lis des analyses de viande de boeuf. Or sur ce total, cibl sur les produits risque, plus de 65% taient en dessous du niveau de dtection des appareils. Enfin, il n'y a plus de dtection de csium et d'iode dans l'eau potable depuis le 1er juillet.


Voir aussi :
 - La tension monte Bure autour du projet de stockage de dchets nuclaires radioactifs
 - Peines de prison pour les militants Greenpeace qui s'taient introduit dans une centrale nuclaire

Retrouvez aussi :
 - Toutes les actualit's du jour
 - Toutes les actualit's sur ce th'me

Partager  
 
     


Mentions légales | Charte publicitaire | Qui sommes-nous ? |  Flux RSS
Chiffres-clé | Environnement Webmasters | Recommander ce site
Nous contacter | Avis de nos lecteurs

  Actualités News Environnement

Actualités et actus quotidiennes en environnement développement durable et santé : plus de 25.000 abonnés reçoivent la lettre des actualités hebdomadaires gratuites de l'environnement. Plus de 3.000.000 visiteurs uniques en 2012.

Lire la dernire Newsletter
S'inscrire à la Newsletter gratuite
L'avis de nos lecteurs
Envoyer un communiqué de presse

La section santé de ce site adhère aux principes de la charte HONcode. Vérifiez ici. Les informations fournies dans cette section sont destinées à améliorer, non à remplacer, la relation directe entre le lecteur et les professionnels de santé.



Publicit


Dcouvrez les principaux sites du Portail-environnement











Et bien plus encore...Portail-Environnement


Partenaires des actualités de l'environnementLesNewsdunet
Tous les partenaires d'Actualits News





Publicit
© RecyConsult / 2010 - Enregistr la CNIL n893989
  recyconsult.png, 2 kB Tous droits de reproduction et de reprsentation rservs. Toutes les informations reproduites sur cette page (contenus, photos, logos,...) sont soumises des droits de proprit intellectuelle dtenus par RECYCONSULT. Aucune de ces informations ne peut tre reproduite, modifie, transmise, rediffuse, traduite, vendue, exploite commercialement ou rutilise sans l'accord de RECYCONSULT. A visiter : un appartement au coeur de la nature avec Location vacances à Sète pour des vacances et de l'environnement. A voir aussi le site Portail des Associations, le site gratuit pour la création des sites Internet des associations françaises !
Les sites du rseau
Portail-environnement.com
Actualités
Agenda
Annuaires
Bourse
Boutique
Dictionnaire
Donnes
Dossiers tech.
Emploi / Stage
Enfants
Formations
Forum
Librairie
Management SME
Management SMI
Management SMSST
Réglementation
Vidos
recherche