Le Chikungunya en Métropole le point de l'InVS - 09 mars 2006 - 21:00

CHIKUNGUNYA METROPOLE - Le Chikungunya est en Métropole, en France, le point de l'InVS. Le nombre le plus important de cas importés en Métropole est observé en Ile de France et dans les Bouches du Rhône. L'épidémie actuelle de Chikungunya à la Réunion a déjà touché au 26 février 2006 quelque 186.000 personnes depuis mars 2005, dont 170.000 cas depuis le 1er janvier 2006. Le virus circule également dans d'autres îles de l'Océan Indien (Seychelles, Maurice, Mayotte…). La situation géographique et climatique de la Réunion n'est pas comparable à celle de la métropole. Néanmoins le principal vecteur du virus à la Réunion, Aedes albopictus, a déjà été retrouvé dans divers départements métropolitains.

Alors que chaque année, près de 300.000 touristes métropolitains se rendent à la Réunion, la quantification des cas importés de Chikungunya est un élément nécessaire à l'évaluation de risque potentiel de transmission autochtone en métropole. Cette évaluation de risque dépend par ailleurs d'autres paramètres, notamment en termes de données entomologiques et climatiques.


Le Chikungunya en Métropole le point de l'InVS

Selon l'InVS, la détection d'IgM anti-chikungunya dans le sérum, réalisée dans un contexte clinique évocateur, est le reflet d'une infection récente, lorsque la sérologie est réalisée à partir du 5ème jour après l'apparition des premiers symptômes, sans que cet élément puisse présumer de l'existence ou non d'une virémie. « Nous avons défini, pour ce travail, comme cas importé, tout patient ayant des IgM, avec ou sans IgG, et/ou une PCR positive.

Les sérologies sont réalisées pour la grande majorité d'entre elles par les laboratoires privés Pasteur-Cerba et Marcel-Mérieux, grâce à la fourniture de réactifs par le Centre National de Référence (CNR) des Arboviroses (des sérologies sont également réalisées dans les 2 laboratoires de virologie de l'île de la Réunion : Saint-Denis et Saint-Pierre, mais à usage interne à l'hôpital essentiellement). Les PCR sont réalisés par le CNR des arbovirose (Institut Pasteur à Lyon et Institut de Médecine Tropicale du Service de Santé des Armées à Marseille). »

Une extraction à partir de la base des laboratoires a été faite jusqu'au 31 janvier avec les variables suivantes : code postal du patient, code postal du laboratoire, code postal du prescripteur (ou son nom), date de prélèvement. La date de début des symptômes n'est pas une variable renseignée.

Avant Juin 2005 des sérologies étaient validées par le CNR des Arboviroses. Les patients résidant à la Réunion, mais avec un prélèvement réalisé par un laboratoire métropolitain ont été inclus, ces cas étant potentiellement virémiques en métropole. Dans ce cas de figure, la localisation retenue est alors celle du laboratoire.

Du 9 Avril 2005 au 31 Janvier 2006, 160 cas importés de Chikungunya ont été identifiés, à partir des données des laboratoires. Le nombre de cas importés a connu un premier plateau d'avril 2005 à juillet 2005, correspondant à l'épidémie comorienne, au premier pic de l'épidémie réunionnaise et au début des vacances métropolitaines. Depuis novembre 2005, le nombre de cas importés augmente, ceci étant plus marqué depuis fin décembre, de façon corrélée à la dynamique de l'épidémie à la Réunion. En 2005, sur les 43 fiches pour lesquelles la provenance des voyageurs était précisée, 21 concernaient des personnes arrivant de la Réunion, 20 des Comores, 1 de Djibouti et 1 de Polynésie. En janvier 2006, 25 cas revenaient de la Réunion et 2 des Comores.

Le nombre le plus important de cas importés est observé en Ile de France et dans les Bouches du Rhône. Ceci s'explique sans doute par le fait que l'île de France est la région la plus peuplée de métropole. Quant aux Bouches du Rhône, plus précisément à Marseille, il existe une importante communauté comorienne qui continue d'entretenir des rapports étroits avec les Comores, elles mêmes touchées en début 2005 par une épidémie de Chikungunya (plus de 5.000 cas entre janvier et mai 2005). En Rhône Alpes et Provence Alpes Côte d'Azur, les cas importés ne présentent à l'heure actuelle, en raison des conditions climatiques, pas de risque de transmission secondaire autochtone liée à la présence d'Aedes albopictus. La prise en compte de ce risque doit être discutée en fonction des données de surveillance entomologique et lorsque les conditions climatiques et notamment les températures seront favorables pour permettre la multiplication du virus dans le moustique.

L'InVS précise que « La surveillance actuelle basée sur les résultats biologiques permet de repérer avec le plus d'exhaustivité possible les cas importés, même si il est probable que quelques patients n'aient pas bénéficié de diagnostic biologique. D'autre part, dans la mesure où les IgM pourraient persister plusieurs semaines voire plusieurs mois après l'infection, l'interprétation des sérologies sera d'autant plus difficile qu'elles n'auront pas été réalisées dans un contexte clinique évocateur récent. A ce jour aucune forme grave de cas importé en métropole n'a été rapportée. Il est recommandé que les personnes se rendant à l'île de la Réunion et les autres îles de l'Océan Indien, respectent les mesures de prévention individuelles. »

Vous aussi réagissez sur les actualités de l'environnement, du développement durable et de la santé !

Lire aussi sur ce sujet :

Réagir à cet article, donner son opinion ?
Cliquer ici
Recevoir la newsletter de l'environnement ?
Cliquer ici
Lire tous les articles liés à cette thématique ?
Cliquer ici



Mentions légales | Charte publicitaire | Qui sommes-nous ? |  Flux RSS
Chiffres-clé | Environnement Webmasters | Recommander ce site
Nous contacter | Avis de nos lecteurs

  Actualités News Environnement

Actualités et actus quotidiennes en environnement développement durable et santé : plus de 25.000 abonnés reçoivent la lettre des actualités hebdomadaires gratuites de l'environnement. Plus de 3.000.000 visiteurs uniques en 2012.

Lire la dernière Newsletter
S'inscrire à la Newsletter gratuite
L'avis de nos lecteurs
Envoyer un communiqué de presse

La section santé de ce site adhère aux principes de la charte HONcode. Vérifiez ici. Les informations fournies dans cette section sont destinées à améliorer, non à remplacer, la relation directe entre le lecteur et les professionnels de santé.



Publicité


Découvrez les principaux sites du Portail-environnement











Et bien plus encore...Portail-Environnement


Partenaires des actualités de l'environnementLesNewsdunet
Tous les partenaires d'Actualités News





Publicité
© RecyConsult / 2010 - Enregistré à la CNIL n°893989
  recyconsult.png, 2 kB Tous droits de reproduction et de représentation réservés. Toutes les informations reproduites sur cette page (contenus, photos, logos,...) sont soumises à des droits de propriété intellectuelle détenus par RECYCONSULT. Aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou réutilisée sans l'accord de RECYCONSULT. A visiter : un appartement au coeur de la nature avec Location vacances à Sète pour des vacances et de l'environnement. A voir aussi le site Portail des Associations, le site gratuit pour la création des sites Internet des associations françaises !
Les sites du réseau
Portail-environnement.com
Actualités
Agenda
Annuaires
Bourse
Boutique
Dictionnaire
Données
Dossiers tech.
Emploi / Stage
Enfants
Formations
Forum
Librairie
Management SME
Management SMI
Management SMSST
Réglementation
Vidéos
recherche