Chikungunya Villepin annonce une aide de 60 millions d'euros - 26 février 2006 - 14:35

CHIKUNGUNYA - Chikungunya Villepin annonce une aide de 60 millions d'euros pour la Réunion. Dominique de Villepin, en voyage à la Réunion, annonce, dans un discours à la préfecture de Saint-Denis de La Réunion, que la France va débloquer 60 millions d'euros d'aide contre le Chikungunya.

« Je viens aujourd'hui à la Réunion dans des circonstances difficiles. Mais j'ai voulu marquer mon profond attachement à l'île et à ses habitants. J'ai voulu vous exprimer l'engagement du président de la République et de tout le gouvernement. A cet instant, c'est toute la nation qui est rassemblée à vos côtés, par le cœur et dans l'action. Dans l'épreuve, la France est auprès de chacun de ses enfants. Nous sommes ensemble. Et c'est parce qu'ensemble nous menons le combat que nous surmonterons les obstacles. »

« Mes premiers mots vont bien sûr à ceux qui souffrent du chikungunya pour leur dire mon soutien et mon affection. Je veux leur assurer que tout est fait pour leur venir en aide. Je veux leur assurer que tout le soutien nécessaire leur sera apporté. Je pense en particulier aux personnes à la santé fragile, aux enfants et à tous ceux qui sont confrontés aux formes les plus graves de la maladie. Je sais combien les douleurs sont difficiles à supporter et combien elles les entravent dans leur travail et leur vie quotidienne. Aux familles des malades et à tous ceux qui craignent pour leurs proches, je veux dire que nous sommes à leurs côtés dans cette épreuve, et que l'Etat assumera toutes ses responsabilités »


Chikungunya Villepin annonce une aide de 60 millions d'euros

Pour le premier ministre, « Aujourd'hui la Réunion est frappée, et c'est toute la France avec vous qui est dans l'épreuve. Le premier message que je suis venu vous apporter, c'est un message de fraternité. C'est la solidarité de la nation toute entière avec votre département et chacun de ses habitants. Tout sera donc fait pour trouver les solutions adaptées et venir en aide aux Réunionnais, en particulier aux plus démunis, qui doivent plus spécialement être protégés. Le deuxième message que je suis venu vous apporter, c'est un message de vérité. Nous devons regarder la vérité en face. La vérité, c'est que la victoire contre le paludisme à la Réunion nous a fait baisser la garde depuis 30 ans en matière de démoustication. Ce manque de vigilance est lourd de conséquences et j'entends y mettre fin. »

Pour Dominique de Villepin, la difficulté est le manque de connaissances sur le virus du Chikungunya « La vérité, c'est que nous faisons face à une maladie encore trop peu connue, qui frappe pour la première fois un territoire français, même si elle a existé dans d'autres pays de la région et sur d'autres continents. Les scientifiques aujourd'hui n'ont pas de connaissances suffisamment précises sur le virus, son mode de transmission et les effets qu'il peut avoir. La vérité c'est que nous sommes confrontés à une situation très difficile, et dont personne n'avait prévu et dont personne ne pouvait prévoir l'évolution. Depuis deux mois, l'épidémie a pris une ampleur sans précédent, à la fois par le nombre des personnes qu'elle touche et par la gravité de ses effets sur certains malades. »

Le premier ministre assure que face à cette crise du Chikungunya, l'Etat s'est mobilisé sur « tous les fronts ». « Dès l'apparition du virus (du Chikungunya) au printemps 2005, il a renforcé les moyens humains et matériels de ses services sanitaires. Quand, fin octobre, l'épidémie a connu une recrudescence, nous avons renforcé à nouveau ces moyens et, en décembre, nous avons demandé aux experts d'évaluer précisément l'ensemble des besoins. Mais l'explosion de l'épidémie au tournant de l'année a créé une situation nouvelle : alors que nous étions à une centaine de cas par semaine de juin à septembre 2005, nous avons franchi le cap des 5000 mi-janvier, puis des 20 000 en février. Face à cela des moyens humains exceptionnels ont été mis en place dès janvier, pour atteindre aujourd'hui plus de 3600 personnes engagées dans les opérations de démoustication. Ensuite nous avons financé la distribution de kits anti-moustiques pour les personnes les plus en difficulté. Enfin, pour garantir à tous les Réunionnais un service médical permanent, nous avons mis en place un pont aérien depuis la métropole et acheminé en permanence 17 médecins et 20 infirmières dans tous les établissements de santé de l'île. L'Etat a organisé des échanges entre tous les membres de la communauté médicale, afin qu'ils partagent leurs questions et leur expertise. »

Le premier ministre Villepin dresse alors un rapide tableau sur la situation de l'épidémie de Chikungunya « Quelle est la situation aujourd'hui ? Les dernières estimations disponibles font état de près de 160 000 personnes touchées par le virus au 19 février. 9 sur 10 d'entre elles ont été frappées depuis le début de l'année. Et surtout, alors que cette maladie, en l'état des connaissances scientifiques, n'était pas considérée comme mortelle, nous savons aujourd'hui en première estimation que 77 décès ont été recensés comme pouvant être reliés au chikungunya : pour 5 d'entre eux, aucune autre explication médicale n'a pu être avancée. Il faut la transparence la plus totale pour savoir précisément si, depuis le début de l'épidémie, d'autres décès sont liés au chikungunya. C'est ce que j'ai demandé à l'Institut de veille sanitaire et à l'INSERM. Nous devons la vérité aux Réunionnais, nous la devons à tous les Français. Car je n'oublie pas que derrière les chiffres, il y a des vies brisées. Il y a des familles endeuillées. En tout état de cause je ne veux pas attendre pour agir. »

Il précise que « la détermination du gouvernement est totale : L'action de l'Etat s'organise sur tous les fronts pour faire face aux exigences : la lutte contre le moustique, la protection des populations, la prise en charge des malades, la recherche sur le virus.

La coordination est engagée : elle est indispensable pour rassembler tous ceux qui peuvent apporter leur concours, leur compétence et leur énergie. Car je sais que l'Etat n'intervient pas seul. Enfin, nous mettons en œuvre une stratégie globale. Nous prenons en compte toutes les dimensions de la crise, et notamment leurs répercussions sur la vie économique de la Réunion. »

Pour le chef du gouvernement, « tous les moyens nécessaires seront mis en oeuvre pour surmonter cette crise. » Ainsi, « 22 millions d'euros sont consacrés à la réponse sanitaire et à la prévention, avec un effort particulier de 7 millions de mesures nouvelles de soutien aux professionnels de santé et de distribution gratuite de produits anti-moustiques. 9 millions d'euros financeront l'effort de recherche des organismes publics sur le chikungunya. 60 millions d'euros seront dégagés pour soutenir les secteurs économiques et les entreprises touchées par les conséquences de l'épidémie. »

Pour Domnique de Villepin, afin de protéger « les personnes les plus vulnérables et les plus exposées, dès aujourd'hui et jusqu'au 5 mars, un nouveau lot de 300 000 doses de produit répulsif ou de protections contre les moustiques arrivera à la Réunion. Il sera mis à disposition du conseil général et des communes, afin d'être distribué aux personnes les plus fragiles, qu'il s'agisse des femmes enceintes, des jeunes enfants ou des personnes âgées, et aux personnes en grande difficulté sociale. Je ne peux pas accepter que certains n'aient pas accès aux moyens de répulsion indispensables. Pour assurer l'accès de tous à ces produits, le gouvernement mobilise 4 millions d'euros qui viendront compléter les financements des collectivités locales. »

Il assure que « la prévention, c'est aussi une meilleure information de tous les Réunionnais. Après une première mission d'experts, une campagne a été engagée au début du mois de février sur les moyens de prévention. Mais c'est dans chaque famille et dans chaque local collectif que nous devons diffuser les bonnes pratiques. Je demande au Recteur d'engager immédiatement une campagne d'information à destination des enseignants, afin qu'ils relaient auprès de leurs élèves les gestes de prévention indispensables. Ainsi les élèves pourront eux-mêmes promouvoir les bonnes pratiques au sein de leurs familles. »

Démoustication : « Au terme de la campagne actuelle qui aura permis de traiter systématiquement l'ensemble des foyers concernés, nous ferons le point et nous maintiendrons le dispositif aussi longtemps qu'il le faudra. Par ailleurs, le renforcement des effectifs et de l'encadrement de la direction régionale des affaires sanitaires et sociales (DRASS) sera poursuivi : 8 personnes expérimentées supplémentaires arriveront dans les tous prochains jours. Nous devons aussi accélérer l'élimination des décharges sauvages qui contribuent à la prolifération des moustiques : l'Etat apportera une contribution d'1 million 500 000 euros pour soutenir les responsables locaux dans cette mission. Au-delà, le plan départemental de gestion et d'élimination des déchets devra être mis en œuvre rapidement. L'Etat apportera tout son concours à ce plan aux côtés des collectivités et des crédits européens. Face à l'évolution de la maladie, il est maintenant urgent que les équipements de traitement des déchets, dont la nécessité a été constatée depuis plusieurs années, et dont le financement est acquis depuis longtemps, soient enfin réalisés. En particulier, il faut enfin construire d'urgence un des incinérateurs prévus par le plan. La démoustication doit être effectuée dans des conditions respectueuses de l'environnement et de la santé des hommes.

Tous les produits utilisés depuis le début des opérations sont conformes aux normes internationales. Les procédures de traitement sont évaluées en permanence par un comité scientifique qui est mis en place depuis une quinzaine de jours. Pour renforcer les précautions, le suivi de l'environnement a été confié à des experts placés auprès du Directeur régional de l'environnement. Les produits de lutte biologique seront systématiquement privilégiés chaque fois que cela est possible. Je demande un suivi exemplaire des conditions sanitaires pour tous ceux qui participent aux opérations de démoustication. La médecine du travail sera, en accord avec les partenaires sociaux, chargée de ce suivi, y compris pour le secteur public : une dotation de 200 000 euros est affectée à cette nouvelle mission. »

Réponse sanitaire : « J'ai décidé en accord avec l'Assurance Maladie que les médicaments anti-douleur, quand ils seront prescrits par le médecin, seront désormais remboursés à 100% pour les personnes atteintes du virus. Le fonds d'action sociale de l'Assurance Maladie sera abondé à cette fin. J'ai par ailleurs demandé à la Caisse Nationale des Allocations familiales de s'assurer que le fonds d'action sociale destiné aux familles répondra bien à tous les besoins. Pour permettre aux hôpitaux et aux cliniques de faire face, j'ai décidé d'envoyer des renforts en personnel permanent dans les hôpitaux de l'île : Dès le début de la crise, j'ai demandé à Xavier BERTRAND de renforcer le dispositif sanitaire : dès la semaine prochaine il y aura en permanence 20 médecins, notamment des pédiatres et 30 infirmières à la Réunion.

Pour marquer notre reconnaissance des efforts et du surcroît de travail des personnels des établissements de santé publics et privés, une prime de 300 euros sera allouée à chacun avant fin mars. Je veux rendre hommage à la compétence, au dévouement et à l'engagement dont ils ont fait preuve dans la crise que nous connaissons. Tous les moyens supplémentaires nécessaires au bon fonctionnement des hôpitaux publics pour lutter contre le chikungunya leur seront accordés sans réserve : j'ai demandé à Xavier BERTRAND d'y veiller personnellement. Il est aujourd'hui présent à mes côtés pour prendre la mesure de tous les besoins de la communauté hospitalière et de tous les professionnels libéraux à qui je veux aussi rendre hommage.

Recherche : « Pour améliorer le traitement de la maladie, nous devons enfin renforcer nos moyens de recherche. Car sur le chikungunya, comme sur d'autres maladies émergentes, nos connaissances sont encore insuffisantes. J'ai annoncé, dès le mois de janvier, que les capacités nécessaires seraient mises en oeuvre pour mieux connaître la maladie. Je veux vous confirmer que les programmes hospitaliers de recherche clinique que vous mettez en place ici à Saint-Denis et à Saint-Pierre seront intégralement financés. Nous pourrons ainsi mieux répondre aux questions que vous vous posez : comment et pourquoi le chikungunya peut se transmettre dans certains cas de la mère à l'enfant ? comment protéger les nourrissons ? comment et pourquoi cette maladie apparaît, semble disparaître et revient chez les mêmes personnes ? Tout autant que vous, nous voulons des réponses à ces questions. Et c'est la recherche qui nous les donnera. Pour appuyer ces efforts, j'ai mis en place cette semaine, un comité scientifique permanent, présidé par le professeur Antoine FLAHAUT, présent à mes côtés. Ce comité, réuni chaque semaine autour de François GOULARD, est chargé de coordonner les travaux de tous les organismes publics de recherche autour de cinq objectifs : la prise en charge de la douleur, la recherche sur les médicaments possibles, la connaissance du virus et l'étude d'un vaccin, les moyens de lutter contre le moustique et enfin la préservation de l'environnement. La mobilisation doit aussi être internationale : j'ai donc demandé au professeur FLAHAUT d'exercer une veille scientifique pour se mettre en rapport avec toutes les équipes ayant une capacité de recherche sur ce virus. Tous les moyens nécessaires à cette recherche seront débloqués par les Ministères de la Santé et de la Recherche. Le comité centralisera les résultats, afin de m'en rendre compte ainsi qu'aux ministres, et de publier intégralement ces travaux afin que les Français puissent en prendre connaissance. Une enquête de séroprévalence est d'ores et déjà engagée pour mesurer précisément quelle proportion de la population a été touchée par le virus. Les moyens du centre d'investigations cliniques de la Réunion ont été renforcés à cet effet. L'urgence pour nous, c'est de connaître le processus immunitaire de l'infection et notamment les risques de récidive, les mécanismes de surinfection possible et les mutations éventuelles du virus. Les premières recherches engagées à la demande du gouvernement depuis le début de l'année ont permis d'identifier une cinquantaine de molécules susceptibles d'être testées afin de mesurer leur effet sur le virus. Ces tests commenceront avant deux semaines. Xavier BERTRAND a réuni cette semaine les industriels pharmaceutiques : ils passeront en revue tous leurs médicaments pouvant avoir une efficacité contre le virus et mobiliseront à leur tour leur capacité de recherche. Ils se sont engagés sans réserve à nos côtés. J'ai voulu que la réponse de l'Etat soit à la mesure de la gravité de la situation sanitaire telle que nous la constatons aujourd'hui. Il ne doit y avoir aucun retard dans l'action de solidarité que la France toute entière doit à nos concitoyens réunionnais. Sachez par ailleurs que je porte la même attention à la situation à Mayotte. Les mêmes efforts sont engagés.

Conséquences économiques de cette crise de Chikungunya : « Je sais que certains secteurs ont été durement frappés par cette crise, qu'il s'agisse du tourisme, ou des très petites entreprises. L'Etat prendra toute sa part, aux côtés des collectivités locales, à l'effort nécessaire pour soutenir l'économie du département. François BAROIN et Léon BERTRAND sont venus ici cette semaine, à ma demande. Ils m'ont rendu compte de l'important travail d'analyse qui a été réalisé par l'ensemble des acteurs réunionnais pour mesurer les effets de la crise sur l'économie et proposer des solutions. Les mesures que j'annonce aujourd'hui en tiennent pleinement compte. Le Gouvernement est prêt aujourd'hui à mobiliser une enveloppe de 60 millions d'Euros, à titre provisionnel, pour aider les acteurs économiques, et notamment les petites entreprises à faire face aux pertes d'exploitation qui sont en relation directe avec l'épidémie. Pour cela j'ai décidé d'activer immédiatement deux outils qui ont déjà fait leurs preuves en cas de catastrophes naturelles : Une ligne FISAC exceptionnelle (Fonds d'Intervention pour le Soutien à l'Artisanat et au Commerce) sera mise en place pour les très petites entreprises commerciales, artisanales et de service, confrontées à une réduction significative de leur activité. Nous allons aussi créer un fonds de secours exceptionnel pour venir en aide à tous les autres secteurs de l'économie affectés par la crise. Ces dispositifs seront opérationnels dès la semaine prochaine. Des subventions seront versées aux entreprises confrontées à des pertes d'exploitation dues à l'épidémie. Des actions structurantes pour les secteurs les plus touchés seront engagées, je pense en particulier au tourisme et à toutes les activités qui lui sont liées. Les modalités et la répartition des moyens seront arrêtées par le Préfet en fonction des spécificités de chaque secteur, en étroit partenariat avec la région, le département et les représentants des milieux économiques. Cet effort financier exceptionnel s'ajoutera à l'action qui a déjà été engagée par tous les acteurs : l'Etat, les collectivités territoriales, les partenaires sociaux, les chambres consulaires, les syndicats professionnels. Je pense notamment à la mise au point d'un dispositif spécial de formation professionnelle dans le secteur du tourisme, pour que la période de creux d'activité rencontrée aujourd'hui soit mise à profit pour améliorer la formation des salariés. L'Etat assumera la majeure partie des salaires. Ce dispositif sera finalisé dans les prochaines semaines. Je pense également au dispositif mis en place dans le secteur de l'agriculture pour le remplacement de salariés en congés de maladie, et qui pourrait être étendu aux autres secteurs de l'économie. L'Etat prendra toute sa part dans la prise en charge de ces dispositifs de crise. »

Emploi : « J'ai décidé d'affecter 500.000 Euros à la rémunération minimale mensuelle en cas de chômage partiel : l'Etat assumera 50 % des dépenses. Le Ministère de l'emploi a déjà pris contact avec l'UNEDIC pour compléter la prise en charge, avec l'objectif de parvenir à une indemnisation intégrale pour l'employeur. Enfin, pour toutes les entreprises qui éprouvent des problèmes de trésorerie, j'ai demandé à l'Agence Française de Développement (AFD) et à la SOFARIS d'utiliser le fonds DOM pour garantir les crédits de trésorerie accordés par les banques. Une première enveloppe d'1 million d'Euros est déjà disponible. Je sais que beaucoup d'entreprises réunionnaises attendent cette mesure. Face à l'ampleur de la crise, l'exigence de résultats rapides doit tous nous rassembler. C'est pourquoi, à ma demande, le Comité départemental d'examen des problèmes de financement de l'entreprise (CODEFI) a été activé le 15 février dernier. Le trésorier payeur général examinera la situation de chaque entreprise. Il étudiera toutes les voies permettant de redresser celles qui sont en situation de crise. Un formulaire unique simplifié est disponible auprès des services de l'Etat et des Chambres consulaires. Il permet aux entreprises de demander des délais de paiement pour leurs dettes fiscales et sociales, ainsi que l'annulation des majorations et pénalités de retard. »

Le premier ministre a conclu par ces mots « Avec cet ensemble de mesures, j'entends répondre immédiatement à la situation de crise économique que rencontrent aujourd'hui certaines entreprises. Mais je ne souhaite pas limiter le soutien à la Réunion à de simples mesures conjoncturelles. Il faut aussi préparer l'avenir. La Réunion a de formidables atouts : une population jeune et dynamique, une université de grande qualité, l'une des économies les plus dynamiques parmi les régions françaises. Je rappelle que la croissance économique est plus forte à la Réunion qu'en Métropole et que le chômage y recule plus que partout ailleurs en France, avec 4 000 emplois créés en 2005 dans le seul secteur marchand. Pour valoriser ces atouts et avancer encore davantage, l'Etat apportera des moyens nouveaux pour renforcer les politiques prioritaires : le logement, la qualité des infrastructures et des équipements collectifs, notamment l'Université et les organismes de recherche locaux, et enfin la protection de l'environnement, en améliorant la gestion des déchets. Ces engagements seront formalisés, en partenariat avec les élus locaux, à l'occasion de la signature du prochain contrat de plan entre l'Etat, la région et le département et du nouveau programme de fonds européens. La Réunion est aujourd'hui la région française qui reçoit le plus de fonds européens. Depuis 15 ans, l'Etat, la région et le département ont su s'organiser ensemble dans un partenariat équilibré qui leur a permis de gérer ces fonds dans des conditions exemplaires. Je confirme aujourd'hui l'engagement de l'Etat à respecter ce partenariat, pour la nouvelle génération des fonds européens. Je veillerai personnellement aux arbitrages qui seront rendus cette année sur ces programmes, afin que les besoins de la Réunion soient pris en compte. Je sais que vous voulez des réponses concrètes et complètes. Sachez que je veux moi-aussi apporter à chacune et à chacun d'entre vous des réponses concrètes et des réponses complètes. Dans l'épreuve, nous vous devons la fraternité. Vous pouvez compter sur le soutien de l'Etat et de toute la communauté nationale. Aujourd'hui vos inquiétudes, vos douleurs, vos impatiences sont celles de tous les Français. Aujourd'hui c'est toute la nation qui marque sa solidarité. Face aux défis de la nature et de la maladie, nous vous devons la vérité. Nous savons tous que les choses sont difficiles et qu'il nous faut encore progresser dans la connaissance de la maladie pour la combattre avec succès. Mais nous savons tous aussi qu'il nous faut une détermination et une mobilisation totales pour obtenir les résultats que nous voulons. C'est pour cela qu'avec le président de la République Jacques CHIRAC, nous avons voulu mettre en œuvre un effort exceptionnel pour aider les Réunionnais. Nous sommes tous mobilisés dans la crise. Nous le resterons après la crise. C'est l'engagement que je prends solennellement devant vous. »

Vous aussi réagissez sur les actualités de l'environnement, du développement durable et de la santé !

Lire aussi sur ce sujet :

Réagir à cet article, donner son opinion ?
Cliquer ici
Recevoir la newsletter de l'environnement ?
Cliquer ici
Lire tous les articles liés à cette thématique ?
Cliquer ici



Mentions légales | Charte publicitaire | Qui sommes-nous ? |  Flux RSS
Chiffres-clé | Environnement Webmasters | Recommander ce site
Nous contacter | Avis de nos lecteurs

  Actualités News Environnement

Actualités et actus quotidiennes en environnement développement durable et santé : plus de 25.000 abonnés reçoivent la lettre des actualités hebdomadaires gratuites de l'environnement. Plus de 3.000.000 visiteurs uniques en 2012.

Lire la dernière Newsletter
S'inscrire à la Newsletter gratuite
L'avis de nos lecteurs
Envoyer un communiqué de presse

La section santé de ce site adhère aux principes de la charte HONcode. Vérifiez ici. Les informations fournies dans cette section sont destinées à améliorer, non à remplacer, la relation directe entre le lecteur et les professionnels de santé.



Publicité


Découvrez les principaux sites du Portail-environnement











Et bien plus encore...Portail-Environnement


Partenaires des actualités de l'environnementLesNewsdunet
Tous les partenaires d'Actualités News





Publicité
© RecyConsult / 2010 - Enregistré à la CNIL n°893989
  recyconsult.png, 2 kB Tous droits de reproduction et de représentation réservés. Toutes les informations reproduites sur cette page (contenus, photos, logos,...) sont soumises à des droits de propriété intellectuelle détenus par RECYCONSULT. Aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou réutilisée sans l'accord de RECYCONSULT. A visiter : un appartement au coeur de la nature avec Location vacances à Sète pour des vacances et de l'environnement. A voir aussi le site Portail des Associations, le site gratuit pour la création des sites Internet des associations françaises !
Les sites du réseau
Portail-environnement.com
Actualités
Agenda
Annuaires
Bourse
Boutique
Dictionnaire
Données
Dossiers tech.
Emploi / Stage
Enfants
Formations
Forum
Librairie
Management SME
Management SMI
Management SMSST
Réglementation
Vidéos
recherche