sante alimentation
Sant - Alimentation - Recherche

Sant et accs aux soins : Un franais sur sept renonce aux soins mdicaux en 2006 d'aprs l'ESPS 
 Un franais sur sept renonce aux soins mdicaux pour des raisons financires Un franais sur sept renonce aux soins mdicaux pour des raisons financires
D'aprs les premiers rsultats de l'Enqute Sant Protection Sociale (ESPS) 2006 ralise par l'IRDES, un franais sur sept a renonc aux soins mdicaux en 2006 pour des raisons financires et trois franais sur quatre se dclaraient en bonne sant.

Les premiers rsultats de l'Enqute Sant Protection Sociale (ESPS) 2006 ralise par l'IRDES ont t dvoils. Cette enqute effectue tous les deux ans permet de dresser un tableau de l'tat de sant, des soins et de la protection sociale dispenss la population de France mtropolitaine selon les caractristiques sociales des individus.

 

Mise en place en 1988, l'ESPS interroge les personnes rsidant en France sur leur tat de sant, leur recours aux services de sant et leur couverture sant. En 2006, l'ESPS a interrog 8 000 mnages et 22 000 individus.

 


Publicit

 

L'IRDES (Institut de recherche et documentation en conomie de la sant) a pour mission d'observer et d'analyser l'volution des comportements des consommateurs et des producteurs de soins, afin d'avoir une meilleure connaissance des systmes de sant franais.

 

Les rsultats de l'ESPS 2006 indiquent de manire gnrale que ce sont les mnages ayant les revenus les plus faible, c'est--dire les chmeurs, les ouvriers et les employs du commerce, qui semblent avoir le plus mauvais tat de sant, les taux de couverture en complmentaire sant les plus bas et sont ceux qui renoncent le plus aux soins.

 

Comme on peut s'y attendre, ce sont en revanche les mnages ayant les revenus les plus levs, et plus particulirement les cadres, qui affirment avoir un meilleur tat de sant, et bnficient de l'accs le plus facile et le moins cher la complmentaire sant, et ce notamment grce leur entreprise.

 

Ple-mle, on peut tirer les conclusions suivantes de l'ESPS 2006 : trois personnes sur quatre se dclarent en bonne sant ; l'tat de sant dclar varie selon le milieu social ; prs de la moiti des renoncements aux soins de sant concernent la sant bucco-dentaire ; l'absence de couverture complmentaire est le principal facteur de renoncement aux soins ; beaucoup ont renonc consulter un mdecin spcialiste depuis la rforme du mdecin traitant ; les jeunes adultes et les personnes trs ges sont les moins couverts par une couverture complmentaire maladie ; les cadres ont plus souvent accs que les ouvriers aux couvertures complmentaires collectives ; l'effort financier a fournir pour acqurir une couverture complmentaire individuelle est plus important pour les mnages modestes et gs.

 

De manire plus prcise, on peut noter que 74.3% des personnes rsidant en France se disent tre en bonne sant (affirmant ainsi que leur tat de sant est  bon  voire  trs bon ), alors que 21.6% estiment que leur tat de sant est  moyen . D'un autre ct, 3.6% des personnes interrogs affirment que leur tat de sant est  mauvais , alors que 0.9% auraient un tat de sant  trs mauvais .

 

Une corrlation trs forte existe entre l'ge et le nombre de personnes se dclarant en mauvaise sant. Aprs 65 ans, plus d'une personne sur deux qualifie son tat de sant de moyen trs mauvais .

 

En moyenne, 7 % des Franais dclarent ne pas avoir de couverture maladie complmentaire et 14 % avoir renonc des soins pour des raisons financires au cours des douze derniers mois. Les renoncements concernent majoritairement les soins dentaires, puis viennent les lunettes et les soins de spcialistes.

 

Malgr l'existence de la couverture maladie universelle complmentaire (CMU) et le chque sant qui octroie une aide financire pour l'acquisition d'une complmentaire sant, l'accs la couverture complmentaire sant reste trs ingal en France, affirme d'ailleurs l'Irdes.

 

Par ailleurs, les femmes de manire gnrale semblent avoir un tat de sant moins bon que les hommes, quel que soit l'ge. 28,6 % des femmes contre 22,6 % des hommes dclarent, tous ges confondus, un tat de sant moyen, mauvais ou trs mauvais. Ce phnomne pourrait s'expliquer par le fait que les femmes font souvent plus attention leur sant que les hommes et recourent donc davantage aux soins mdicaux que ces derniers.

 

Les problmes de sant les plus frquemment dclars sont les troubles de la vue, ils concernent en effet prs de 60 % des personnes interroges.

 

A part ces troubles de la vue, les maladies les plus frquentes sont l'hypertension artrielle, les problmes rhumatologiques et les problmes de cholestrol. L'anxit est galement frquente puisqu'elle concerne plus de 10 % des personnes interroges.

 

Du ct des  mauvaises habitudes , l'ESPS a indiqu qu'en 2006, un Franais sur quatre dclare fumer de faon habituelle. Cette proportion est maximum entre 20 et 29 ans. Les hommes sont plus nombreux dclarer fumer que les femmes (30 % contre 20 %). Et il existe l aussi des diffrences entre les catgories socioprofessionnelles : les ouvriers et les employs fument par exemple davantage que les cadres.

 

L'ESPS 2006 permet enfin de tirer un premier bilan de la rforme du mdecin traitant. Elle montre que seulement 5% des assurs sont contre le dispositif, le reste n'ayant pas encore eu, au moment de l'enqute, l'occasion de consulter. Le nouveau dispositif est considr comme obligatoire par beaucoup et le mdecin traitant se substitue trs souvent au schma informel du mdecin de famille.



Voir aussi :
 - Les particules toxiques lies au diesel tuent 6000 personnes par an en Allemagne
 - Lien entre cancer et aliments ultra-transforms

Retrouvez aussi :
 - Toutes les actualit's du jour
 - Toutes les actualit's sur ce th'me

Partager  
 
     


Mentions légales | Charte publicitaire | Qui sommes-nous ? |  Flux RSS
Chiffres-clé | Environnement Webmasters | Recommander ce site
Nous contacter | Avis de nos lecteurs

  Actualités News Environnement

Actualités et actus quotidiennes en environnement développement durable et santé : plus de 25.000 abonnés reçoivent la lettre des actualités hebdomadaires gratuites de l'environnement. Plus de 3.000.000 visiteurs uniques en 2012.

Lire la dernire Newsletter
S'inscrire à la Newsletter gratuite
L'avis de nos lecteurs
Envoyer un communiqué de presse

La section santé de ce site adhère aux principes de la charte HONcode. Vérifiez ici. Les informations fournies dans cette section sont destinées à améliorer, non à remplacer, la relation directe entre le lecteur et les professionnels de santé.



Publicit


Dcouvrez les principaux sites du Portail-environnement











Et bien plus encore...Portail-Environnement


Partenaires des actualités de l'environnementLesNewsdunet
Tous les partenaires d'Actualits News





Publicit
© RecyConsult / 2010 - Enregistr la CNIL n893989
  recyconsult.png, 2 kB Tous droits de reproduction et de reprsentation rservs. Toutes les informations reproduites sur cette page (contenus, photos, logos,...) sont soumises des droits de proprit intellectuelle dtenus par RECYCONSULT. Aucune de ces informations ne peut tre reproduite, modifie, transmise, rediffuse, traduite, vendue, exploite commercialement ou rutilise sans l'accord de RECYCONSULT. A visiter : un appartement au coeur de la nature avec Location vacances à Sète pour des vacances et de l'environnement. A voir aussi le site Portail des Associations, le site gratuit pour la création des sites Internet des associations françaises !
Les sites du rseau
Portail-environnement.com
Actualités
Agenda
Annuaires
Bourse
Boutique
Dictionnaire
Donnes
Dossiers tech.
Emploi / Stage
Enfants
Formations
Forum
Librairie
Management SME
Management SMI
Management SMSST
Réglementation
Vidos
recherche