sante alimentation
Sant - Alimentation - Recherche

Nutrition, sant et obsit 
Nutrition, sant et obsitNutrition, sant et obsit
Nutrition, sant et obsit. La nutrition est l'un des facteurs majeurs contribuant la survenue de diverses pathologies, dont l'obsit. Mais d'autres pathologies sont lies la nutrition, et la survenue d'un problme de sant de type obsit.

La nutrition est l'un des facteurs majeurs contribuant la survenue de diverses pathologies, dont l'obsit. L'obsit correspond une augmentation excessive de la masse grasse de l'organisme dans une proportion telle, qu'elle peut avoir une influence sur l'tat de sant.

La nutrition n'est pas l'unique cause de ces pathologies, mais en constitue un facteur favorisant, essentiel parmi d'autres facteurs d'environnement ou gntique. C'est un facteur pour lequel il est possible d'intervenir, estime l'Inpes.

 

Si la nutrition reprsente un facteur de risque, elle peut aussi tre un facteur de protection. Les grandes carences alimentaires, qui persistent dans de trs nombreux pays en dveloppement, conduisent des malnutritions.


Publicit

De nombreux facteurs influencent l'apparition des principales pathologies qui touchent les Franais (maladies cardiovasculaires, cancers, obsit, diabte, ostoporose'). Ils sont en partie lis l'environnement et au mode de vie : tabagisme, alcoolisme, insuffisance d'exercice physique ' Parmi ces facteurs, il est aujourd'hui bien tabli que l'alimentation joue un rle essentiel assure l'Inpes.

 

Selon l'Inpes, il est aujourd'hui parfaitement tabli que l'alimentation et l'tat nutritionnel participent de faon essentielle au dveloppement et l'expression clinique des maladies qui sont aujourd'hui les plus rpandues en France, comme dans l'ensemble des pays industrialiss : Prs d'un adulte sur 5 prsente une cholestrolmie suprieure 2,50 g/l ; Les maladies cardiovasculaires (infarctus du myocarde, accidents vasculaires crbraux') sont aujourd'hui la premire cause de mortalit en France (32 % des dcs), l'origine de prs de 170 000 dcs chaque anne ; Les tumeurs malignes reprsentent 29 % de l'ensemble des dcs chez l'homme et 23 % chez la femme. Le nombre de nouveaux cas est estim 280 000 par an.

 

La nutrition intervient sur certains types de cancers (notamment oropharyngs et digestifs) ; L'ostoporose, qui entrane une fragilit osseuse exposant les patients un risque de fractures (en particulier du col du fmur) concernerait 10 % des femmes 50 ans, 20 % 60 ans et 40 % 75 ans ; La prvalence du diabte, tous ges confondus, est estime entre 2 % et 2,5 % de la population gnrale (plus de 80 % des diabtes sont lis des surcharges et des dsquilibres nutritionnels) ; L'hypercholestrolmie concerne prs d'un adulte sur cinq (suprieure 2,50 g/1).

 

L'obsit correspond une augmentation excessive de la masse grasse de l'organisme dans une proportion telle, qu'elle peut avoir une influence sur l'tat de sant (IOTF, 1998). La mesure de rfrence internationale actuelle est l'indice de masse corporelle (IMC) qui permet de faire des associations entre, d'une part IMC et pourcentage de graisse corporelle, et d'autre part IMC et taux de mortalit.

 

Chez l'adulte, on considre actuellement que : l'intervalle de l'IMC associ au moindre risque pour la sant est situ entre 18,5 et 24,9 kg/m2 ; le surpoids correspond l'intervalle d'IMC entre 25 et 29,9 kg/m2 ; l'obsit est dfinie par un IMC > ou = 30 kg/m2 quels que soient l'ge et le sexe ; l'obsit svre par un IMC suprieur 35 kg/m2 et infrieur 40 kg/m2 et l'obsit massive par un IMC suprieur 40 kg/m2.

 

Chez l'enfant, l'obsit peut se dfinir par des valeurs suprieures au 97e centile de la distribution de l'IMC pour une classe d'ge donne (OMS, 2000) ; par exemple, l'ge de 10 ans, l'obsit est dfinie, en France, par une valeur de l'IMC suprieure ou gale 20 kg/m2 (valeur correspondant, cet ge, au 97e centile de la population de rfrence franaise).

 

Les pathologies lies l'obsit : Reconnue par l'OMS comme une maladie grave l'origine de complications svres parfois mortelles, l'obsit est un enjeu majeur de sant publique l'chelon mondial. Plus la quantit de graisses dans le corps est importante, plus l'organisme a besoin d'insuline.Au-del d'un seuil, la production d'insuline est dpasse, c'est le dveloppement du diabte.

 

Ainsi, une personne obse a trois fois plus de risque d'tre diabtique qu'une personne non obse. Plus de 80% des diabtes de type 2 peuvent tre attribus l'obsit.

 

L'excs de sucre expose alors l'hypertension artrielle (HTA), aux infarctus cardiaques, aux accidents vasculaires crbraux (AVC), des problmes d'ophtalmologie et des risques de plaies cutanes notamment des pieds.

 

Les problmes respiratoires concernent les apnes du sommeil (pauses respiratoires de 5 ou 10 secondes avec 20 30% des sujets obses (1/4) qui souffrent d'apnes du sommeil.

Les problmes rhumatologiques peuvent tre trs handicapants, avec des douleurs frquentes et des lsions d'arthrose sur les hanches, genoux et vertbres.

 

L'excs de graisses dans le sang, avec hypercholestrolmie, souvent associe l'obsit renforce les risques cardiovasculaires. L'excs de graisses dans les veines est l'origine de jambes lourdes, de varices et de phlbites altrant la qualit de vie.

 

Par ailleurs, selon l'Inpes, diffrentes tudes montrent une relation entre excs de poids et tous les types de cancer chez l'homme, en particulier de l'estomac, et de la prostate ou du rein chez l'homme ou du sein et de l'utrus chez la femme.

 

Les rsultats de deux tudes, l'enqute nationale nutrition sant ' ENNS ' ralise par l'Institut de veille sanitaire ' INVS - et une autre de l'Institut national du cancer- INCA - ralises en 2006-2007 montrent une prvalence de l'obsit adulte (IMC1 > 30 kg/m2) de 16,9% et de surpoids (25,0 kg/m2 ≤ IMC ≤ 29,9 kg/m2, obsit non incluse) de 32,4% ;un pourcentage d'obses semblable chez les hommes et les femmes mais une prvalence de surpoids plus leve chez les hommes ; une prvalence de l'obsit chez les enfants2 de 3 17 ans de 3,5% et celle de surpoids de 14,3%, identique chez les garons et les filles ; une prvalence de l'obsit qui augmente avec l'ge pour atteindre 24% chez les 55-74 ans chez les hommes et les femmes ; une prvalence de l'obsit svre (indice de masse corporelle > 35 et <40) 3,4%.

 

Les tudes OBEPI (enqute INSERM/SOFRES/ROCHE ) menes tous les 3 ans depuis 1997 sur un chantillon national d'adultes (par dclaration tlphonique) donnent en 2006 une prvalence de l'obsit de 12,4%, avec, entre 2003 et 2006, une tendance au ralentissement de la courbe de prvalence d'obsit. Cette tendance est confirme par une analyse dans les centres d'examen de sant du Centre Ouest depuis 1995 (plus de 330 000 sujets au total). Les tudes montrent que le ralentissement observ concerne essentiellement les catgories aises de la population.

 

Une tude mene avec l'Education nationale chez les enfants de CE1-CE2 gs de 7 9 ans montre une prvalence stable du surpoids 18,1% et de l'obsit 4%. Comme pour les adultes, il existe une diffrence entre les enfants issus de catgories aises pour lesquels la tendance est la diminution et ceux issus de catgories dfavorises dont la frquence d'obsit continue crotre lgrement. L'Inpes prcise que cette stabilisation mise en vidence chez les enfants est ralise un niveau de prvalence qui compare celle existant dans les autres pays europens demeure moins leve.

 

La France, les Pays-Bas et la Sude sont les pays o la prvalence de l'obsit infantile est la moins importante.



Voir aussi :
 - Les particules toxiques lies au diesel tuent 6000 personnes par an en Allemagne
 - Lien entre cancer et aliments ultra-transforms

Retrouvez aussi :
 - Toutes les actualit's du jour
 - Toutes les actualit's sur ce th'me

Partager  
 
     


Mentions légales | Charte publicitaire | Qui sommes-nous ? |  Flux RSS
Chiffres-clé | Environnement Webmasters | Recommander ce site
Nous contacter | Avis de nos lecteurs

  Actualités News Environnement

Actualités et actus quotidiennes en environnement développement durable et santé : plus de 25.000 abonnés reçoivent la lettre des actualités hebdomadaires gratuites de l'environnement. Plus de 3.000.000 visiteurs uniques en 2012.

Lire la dernire Newsletter
S'inscrire à la Newsletter gratuite
L'avis de nos lecteurs
Envoyer un communiqué de presse

La section santé de ce site adhère aux principes de la charte HONcode. Vérifiez ici. Les informations fournies dans cette section sont destinées à améliorer, non à remplacer, la relation directe entre le lecteur et les professionnels de santé.



Publicit


Dcouvrez les principaux sites du Portail-environnement











Et bien plus encore...Portail-Environnement


Partenaires des actualités de l'environnementLesNewsdunet
Tous les partenaires d'Actualits News





Publicit
© RecyConsult / 2010 - Enregistr la CNIL n893989
  recyconsult.png, 2 kB Tous droits de reproduction et de reprsentation rservs. Toutes les informations reproduites sur cette page (contenus, photos, logos,...) sont soumises des droits de proprit intellectuelle dtenus par RECYCONSULT. Aucune de ces informations ne peut tre reproduite, modifie, transmise, rediffuse, traduite, vendue, exploite commercialement ou rutilise sans l'accord de RECYCONSULT. A visiter : un appartement au coeur de la nature avec Location vacances à Sète pour des vacances et de l'environnement. A voir aussi le site Portail des Associations, le site gratuit pour la création des sites Internet des associations françaises !
Les sites du rseau
Portail-environnement.com
Actualités
Agenda
Annuaires
Bourse
Boutique
Dictionnaire
Donnes
Dossiers tech.
Emploi / Stage
Enfants
Formations
Forum
Librairie
Management SME
Management SMI
Management SMSST
Réglementation
Vidos
recherche